EFFLEURESCENCE "vivre l'instant présent" chemin vers le mieux être
EFFLEURESCENCE

philosophie

  • Le cocon et le papillon

    Un jour, une ouverture apparut dans un cocon.

    Un homme s’assit et regarda le papillon naissant se battre pendant des heures pour crever son abri et forcer le petit trou à s’agrandir. Mais bientôt il sembla à l’homme quel’insecte ne progressait plus. Il était allé aussi loin qu’il avait pu mais il ne bougeait plus.

    Alors l’homme prit une paire de ciseaux et découpa délicatement le cocon pour aider le papillon à sortir. Celui-ci émergea facilement. Mais il avait un corps chétif et ses ailes froissées étaient atrophiées.

    « Pas grave, il va se développer » se dit l’homme et il continua à regarder le papillon en espérant qu’il déploie ses ailes pour voler.

    Mais cela n’arriva jamais. Le papillon passa le reste de sa vie à ramper sur son petit corps, incapable d’utiliser ses ailes rabougries.

    Ce que l’homme, dans sa bonté précipitée, n’avait pas  compris, c’est que le cocon trop serré est une ruse de la Nature pour forcer le papillon à le percer et à entraîner ses ailes… A cette condition seulement, il peut voler.

    Parfois, nos angoisses, nos échecs, nos coups durs sont précisément ce dont on a besoin. Si la nature permettait qu’on avance dans la vie sans jamais rencontrer aucun obstacle, cela nous affaiblirait, nous serions semblables à ce papillon trop vite naît à qui la facilité a coupé les ailes.

    La liberté est chèrement acquise… Mais on ne vole pas sans s’entraîner

  • Cueillette

    L’aïl des ours (Allium ursinum) est un aïl sauvage, la cousine de notre aïl cultivé (Allium sativum), elle en a d’ailleurs l’odeur et le goût, mais contrairement à notre aïl cultivé, chez l’aïl des ours ce sont les feuilles que l’on consomme.

    Comment reconnaître la plante ?

    Facile : elle ressemble au muguet (qui lui est toxique, Attention !), mais avec un signe distinctif :

    La plante entière dégage une forte odeur aillée dès qu’on la touche ou qu’on la piétine, impossible de se tromper !

     

    Comme sa cousine l’aïl cultivé, elle contient les mêmes principes actifs, à cette différence qu’on les retrouve en concentration supérieure chez l’aïl des ours, comme c’est souvent le cas avec les plantes sauvages apparentées aux variétés cultivées.  On y retrouve beaucoup de composés soufrés, mais aussi une forte teneur en vitamine C, ce qui en fait une des plantes européennes comestibles les plus riches en vitamine C !

    L’aïl des ours est une plante du Printemps : c’est une grande dépurative, qui nettoie notre organisme de toutes ses toxines emmagasinées pendant l’hiver. D’ailleurs, son nom vient surement du fait que les ours en consomment largement à leur sortie d’hibernation C’est aussi un puissant vermifuge, et comme l’aïl, une très bonne alliée du cœur.

    On peut la consommer fraîche, en salade, ou dans une omelette, par exemple. Mais c’est en Pesto qu’on la savoure le mieux : de l’huile d’olive bio, un peu de sel, et pas mal de travail, car tout est fait à la main : de la récolte, à la préparation et la mise en pot ! A déguster sur du pain en toast, avec des pommes de terre sautées, ou encore des escargots…

     

    Sandrine Boutamine